La Symphonie pastorale

Une balade littéraire avec la chanteuse Brigitte Fontaine

Mon héros chéri, c’est Gainsbourg.


Brigitte Fontaine et Serge Gainsbourg

Brigitte Fontaine et Gainsbourg : un rapprochement qui paraîtra naturel pour plus d’un amateur de chanson française, et pas seulement parce que nous avons affaire là à deux cloppeurs notoires

De nombreux points communs

En effet, voilà deux artistes qui furent contemporains, quand Gainsbourg était encore de ce monde. Cela se sent particulièrement dans l’arrangement des chansons de Brigitte qui datent des années 70.

Deux artistes qui ont un goût très développé pour la poésie et les textes ciselés : ils écrivent tous deux les paroles de leurs chansons. Dans leurs textes, on retrouve d’ailleurs de nombreuses références littéraires : Verlaine et Baudelaire chez Gainsbourg, Rimbaud, Nietzsche, Baudelaire ou encore Balzac parmi de nombreux autres auteurs pour Brigitte Fontaine, comme ce site vous le montre !

Enfin, deux artistes adeptes du second degré, sachant manier à la fois l’absurde, l’humour potache et laprovocation (en particulier à la télévision).

Ce rapprochement, deux jeunes artistes reconnus l’ont fait, en invoquant encore d’autres arguments !

Ce qu’en disent -M- et Daho

-M- dit en effet :

Brigitte ravive la notion d’interprétation. Ce qui fait une bonne chanson, c’est l’art d’exprimer les choses. Chez elle, comme chez Gainsbourg, il y a une façon de dire, une répartie qui n’appartient qu’à elle. Et comme Gainsbourg, c’est avec les jeunes qu’elle se sent bien.

Daho en rajoute une couche :

Pour moi, elle est une Gainsbourg au féminin. Son âge n’a aucune incidence sur son auditoire, un public jeune qui a la capacité de se renouveler de manière spectaculaire.

Ce que Brigitte en pense

Rappelons d’ailleurs que la chanteuse travaille dès son premier album Brigitte Fontaine est… folle ! avec Jean-Claude Vannier, qui sera l’arrangeur de Gainsbourg.

Elle-même se sent proche du chanteur. Elle confiait d’ailleurs à Télérama :

Mon héros chéri, c’est Gainsbourg.

Et non sans humour, aux Inrocks, qui lui demandaient si elle gardait un souvenir précis de son premier grand choc musical :

C’était en entendant Serge Gainsbourg. Depuis le début et jusqu’au bout, Gainsbourg est et restera mon préféré, et de loin. C’est lui le plus grand. Enfin, chez les garçons. Chez les filles, c’est moi.

Pour finir, dans son livre Galerie d’art à Kékéland, elle utilise en parlant de lui des expressions comme grande bonté, grande malice, génie pudiquement voilé, naturel paradoxal de dandy simple et beau. De son art, elle écrit qu’il est fin comme une petite machine parfaite, comme un petit bijou précieux

Partager

Publier sur twitter

Pages liées sur le site

PoésieArthur RimbaudFriedrich NietzscheCharles BaudelaireBalzacFolie-M-Etienne DahoKékéland

Ailleurs sur Internet

© 2018 Anthony Zec | Tous droits réservés | A propos | Contact