La Symphonie pastorale

Une balade littéraire avec la chanteuse Brigitte Fontaine

Sur Prohibition, je ressors dans la rue
pour manifester ma colère contre cette société liberticide !


Prohibition

Prohibition, c’est l’album que Brigitte sortit en 2009, peut-être le meilleur de toute sa discographie, avec Kékéland. En tout cas, l’un des meilleurs albums français de l’année 2009. Vous pourrez écouter sur ce site la chanson Partir ou rester qui en est extraite et que Brigitte chante en duo avec Philippe Katerine.

Je suis vieille et je vous encule !

De nouveau, Brigitte fait parler d’elle, avec cette phrase désormais devenue culte, extraite du morceau qui donne son nom à l’album :

Je suis vieille et je vous encule !

Ce qui, vous vous en doutez, a suffi à faire s’envoler les ventes de l’album ! -M- et Brigitte sont d’ailleurs revenus sur cette formule choc pour les Inrocks :

-M- : C’est tout le génie de Brigitte, qui peut tout dire sans que rien ne paraisse jamais vulgaire. Personnellement, même dans une phrase comme ça, je ne vois que de la poésie.
Brigitte Fontaine : Oui, c’est ça, je suis grossière comme une duchesse

Prohibition, un disque rebelle

Pour vous faire une idée de ce nouvel opus, voilà ce qu’en ont dit les Inrocks :

Dans Prohibition, sa plume bandée comme une arme de combat, Brigitte Fontaine y harponne joyeusement la France hygiéniste et flicarde de Sarko et Hortefeux, n’hésitant pas à descendre dans l’arène des kékés et à jeter son grain de sel et de folie sur les plaies d’une société effrayée par la différence.

Vous y avez compris quelque chose ? Moi, pas grand chose. Laissons plutôt la chanteuse s’exprimer elle-même :

Sur cet album, je ressors dans la rue pour manifester ma colère contre cette société liberticide que l’on nous impose de plus en plus. Donc, face à ça, un seul mot d’ordre : « Rébellion ! » Ce sont des chansons révolutionnaires, en tout cas certaines d’entre elles. Regardez autour de vous, c’est devenu de plus en plus difficile de fumer, de boire, de parler aussi. Et j’évoque aussi le sort des sans-papiers, les conditions carcérales… Je crois que la France est l’un des pires pays pour les prisons, avec un suicide tous les trois jours. Je suis de tout coeur avec ces gens que l’on bafoue.

Elle en rajoutait une couche pour Télérama :

Prohibition est un disque politique, où il est question des exclusions, des laissés-pour-compte, de la cause des femmes…

C’est un disque rebelle. Ces dernières années, j’étais davantage branchée sur ce que j’ai appelé — enfin ce que Thérèse d’Avila a appelé — « le château intérieur ». Mais depuis la présidentielle, j’ai ressorti mes griffes.

Notre époque vous paraît-elle plus liberticide que d’autres que vous avez connues ?

J’ai été interdite de télévision pendant quatre ans je crois, à cause d’une auto-interview que j’avais écrite, sous Pompidou ou sous Giscard. Mais, à mon avis, la période actuelle est plus liberticide encore, plus dangereuse. Je ne suis pas une analyste politique, mais je ressens les choses ainsi. C’est très pernicieux et vicieux. Prendre des ministres presque de gauche et presque d’extrême droite pour être le président « de tous les Français »… J’ai l’impression que ça peut aller loin.

Vous êtes en colère ?

Oui. Il y a une chose qui m’avait plu dans le débat entre Sarkozy et Ségolène – que je ne considère pas comme un aigle, loin de là ! Sarkozy, qui était lui-même très nerveux, avait dit à Ségolène : « Mais ne vous énervez pas madame Royal, vous êtes très énervée. » Et elle, calmement, trois fois, avait répondu : « Je ne suis pas énervée, je suis en colère. » Et ça, j’ai aimé.

Ce qu’elle résume en une phrase dans le premier titre de l’album, Dura lex :

Très bientôt musique, amour, poésie seront interdits par tous ces maudits…

Un disque aux multiples facettes

Mais Prohibition ne parle pas seulement de rébellion. Il parle d’amour aussi, d’évasion, avec Il s’en passe et Just you and me. On y trouve aussi une chanson gag, à la manière de Conne : Entre guillemets.

Grâce à la participation d’Areski, toujours aux commandes, et en duo avec Grace Jones, un magnifique titre orientaliste : Soufi, à écouter absolument. Salam, salam…

Toujours grâce à Areski, il faut également noter que la mise en musique de cet album est particulièrement réussie, très rock et pleine de caractère !

Et puisque nous ne cessons pas de parler littérature sur ce site, rappelons pour finir que Brigitte nous apprend dans le titre Dura lex une petite anecdote à propos de l’auteur de Lolita :

Monsieur Nabokov
Pour notre télé
Buvait sa Smirnov
Déguisée en thé

Sacré Vladimir !

La tracklist

1. Dura lex
2. Entre guillemets
3. La fiancée de Frankenstein
4. Prohibition
5. Il s’en passe
6. Harem
7. Pas ce soir
8. Soufi
9. Just you and me
10. Partir ou rester
11. Je suis un poète
12. Thérèse

Partager

Publier sur twitter

Pages liées sur le site

KékélandPhilippe Katerine-M-FolieLibidoPoésieConneAreski Belkacem

Ailleurs sur Internet

© 2018 Anthony Zec | Tous droits réservés | A propos | Contact