La Symphonie pastorale

Une balade littéraire avec la chanteuse Brigitte Fontaine

On va descendre dans la rue lutter contre les Lustucrus !


Brigitte Fontaine et Philippe Katerine

Après -M-, après Daho, Higelin ou Bashung, quoi de plus naturel de trouver sur un site consacré à Brigitte Fontaine un article qui traite de Philippe Katerine ? En gros sont réunis ici tous les inadaptés de la chanson française, les bizarres, les chelous. Comme par enchantement, ils sont tous attirés par Brigitte, sorte de catalyseur du n’importe quoi musical ! (Brigitte, tu sais bien que je dis ça par amitié, je suis ton premier fan.)

Or donc, Philippe Katerine, joyeux luron composant des morceaux indéfinissables, adepte du collage et de la chanson gag, devait un jour rencontrer notre grande poétesse bretonne.

Reprise et collaboration

Avant de collaborer avec elle, il reprend en 1997 une chanson de Brigitte intitulée La vache enragée. Chanson que vous pouvez d’ailleurs écouter grâce aux liens disponibles au bas de cette page.

Puis est venue l’une des plus belles chansons de Brigitte, et elle choisit Katerine pour l’accompagner. Cette chanson, c’est Partir ou rester, sur l’album Prohibition, un morceau aux accents baudelairiens. Mais oui, souvenez-vous de cet extrait du Voyage, dans Les Fleurs du Mal :

Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste ; pars, s’il le faut.

Un titre que Brigitte écrivit lors de l’élection d’un certain président de la République, en 2007… mais un titre dont la portée ne se réduit pas à cet événement. Brigitte pose en effet la question de la position à adopter quand notre pays prend un chemin que nous ne validons pas. Faut-il rester et résister, ou fuir là où l’herbe est plus verte ?

Vaste débat que disputent Fontaine et Katerine, et sur lequel la chanteuse revient pour Télérama :

La chanson Partir ou rester, je l’ai écrite le lendemain de l’élection.

Ça veut dire que vous vous êtes vraiment posé cette question : partir ou rester ?

Oui. Et je suis restée… parce que j’ai peur de l’avion ! Et peut-être aussi parce qu’on peut faire des choses, tous ensemble, si on a envie. Je ne crois pas pour autant que les artistes puissent changer le monde, à part peut-être Bob Dylan. Sa chanson Hurricane a quand même empêché l’exécution capitale du boxeur Rubin Carter. Mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire. Je ne suis pas résignée. Et comme le dit le vieux Léo : « Pour la prise de la Bastille, même si ça ne sert à rien, thank you Satan. »

Ecoutez la chanson :

Le texte :

Mais comment, fuck, allons-nous faire ?
Belgique, Espagne ou Angleterre
Algérie, Écosse ou Mali
Égypte, Irlande ou Laponie

On va descendre dans la rue
Lutter contre les Lustucrus
Et la peste, et le choléra
La comédie triomphera

Je veux l’Islande étincelante
Les pays de miel et de menthe
Au populo doux et sauvage
Avec un rire fin et sage

Mais comment, fuck, allons-nous faire ?
Belgique, Espagne ou Angleterre
On va descendre dans la rue
Lutter contre les Lustucrus

Restons donc dans notre gourbi
Et répandons le rire ici
Avec nos clowns et nos clodos
Et nos musiciens du métro

Je veux partir avec mon chat
Et mon long manteau d’alpaga
Vers les beaux Noëls éternels
Bonbons, chocolats, caramels

Mais comment, fuck, allons-nous faire ?
Belgique, Espagne ou Angleterre
On va descendre dans la rue
Lutter contre les Lustucrus

Et les fruits de mer, le champagne
Les ruisseaux, les vertes campagnes
J’ai des grenats et des grenades
Plein les poches, ma camarade

On va sauver la libertad
Notre patrie, nos mums, nos dads
On va crier et rire aussi
Mettre le bordel, la chienlit

Courage, fuyons les nervis
Les bâtards, les quasi nazis
Rêvons au milieu des vergers
N’oublie pas mes petits souliers

Mais comment, fuck, allons-nous faire ?
Belgique, Espagne ou Angleterre
On va descendre dans la rue
Lutter contre les Lustucrus

On va descendre dans la rue

Partager

Publier sur twitter

Pages liées sur le site

-M-Etienne DahoJacques HigelinAlain BashungProhibitionCharles BaudelaireLes Fleurs du Mal

Ailleurs sur Internet

© 2018 Anthony Zec | Tous droits réservés | A propos | Contact