La Symphonie pastorale

Une balade littéraire avec la chanteuse Brigitte Fontaine

Bertrand Cantat et moi avons enregistré le titre Inadaptée ensemble.
A l’origine, c’était moi, l’inadaptée.


Brigitte Fontaine et Noir désir

Tout article consacré à Noir désir pourrait désormais s’intituler Gloire et infortune d’un groupe de rock français et de son leader, Bertrand Cantat (cela sonnerait presque comme le titre d’un roman de Balzac, quelque chose comme Splendeurs et misères des courtisanes).

Nous ne rappellerons pas ici combien Noir désir était un grand groupe, et son leader, un grand chanteur, autant sur le plan de l’écriture que sur celui de l’interprétation. Et nous ne reviendrons pas sur l’homicide que Cantat a commis en 2003 et qui coûta la vie à l’actrice Marie Trintignant. Le groupe s’est dissout en novembre 2010.

Noir désir et ses influences

Noir désir a digéré plusieurs références, tout en étant parvenu à dégager son propre style, quelque part entre le rock rageur et la poésie contestataire.

En musique, ils sont à la croisée de Sonic Youth, d’Alain Bashung et de Serbe Gainsbourg, entre autres groupes et interprètes.

En littérature, on retrouve dans les textes de Cantat des traces de ses nombreuses lectures, auxquelles il rend souvent hommage dans ses chansons comme le fait Brigitte Fontaine dans La Symphonie pastorale. De Lewis Carroll avec la chanson Alice, à Baudelaire et Rimbaud, en passant par la mythologie grecque, Brigitte et Bertrand avaient tout pour s’entendre.

Brigitte et Bertrand

Ces deux-là ont souvent chanté ensemble, jusqu’en janvier 2012, où Bertrand rejoint Brigitte sur scène lors d’un de ses concerts au Trianon à Paris. Mais leurs deux collaborations les plus marquantes sont deux chansons, qu’on peut trouver l’une sur un album de Brigitte, et l’autre sur un album de Noir dez.

Sur Kékéland, on entend en effet la chanteuse bretonne en duo avec Cantat, dans une chanson arrangée et interprétée par Noir désir : Bis baby boom boom. Grand moment de poésie et de rage !

Côté Noir désir, il vous faut absolument écouter l’album Des visages des figures, si ce n’est pas déjà fait, et surtout L’Europe, le dernier titre qui dure presque 24 minutes. Cette chanson, long texte critiquant l’Union Européenne et la mondialisation, est une superbe symphonie rock, dans laquelle Brigitte interpelle l’auditeur façon Radio Londres, avec des phrases moins absurdes qu’il n’y paraît de prime abord :

Paix en Suisse !

Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose.

Le jour de l’Occident est la nuit de l’Orient.

Brigitte à propos de Bertrand

Dans son livre Galerie d’art à Kékéland, Brigitte Fontaine fait le portrait du leader de Noir désir :

Un tourbillon de rage, d’amour, de rigolade sans frein. Denses sont ses membres, dense est sa figure, dense est sa voix et denses ses propos. Tout son être est compact et ouvert, il sait se lâcher et donner. C’est un fils de la nature, « abominablement naturel » comme une femme, dur et puissant comme un garçon.

Deux inadaptés

Ils enregistrèrent également un titre ensemble, Inadaptée. L’enregistrement de cette chanson, et la sortie du film Le Grand Soir dont elle sert de générique, réactualisèrent la question du retour public de Bertrand Cantat après le drame de Vilnius. Marianne2.fr revient sur ce sujet en février 2012 dans un article intitulé Bertrand Cantat peut-il revenir ? dont voici quelques extraits :

« Nous avions enregistré un titre ensemble. La chanson s’appelle Inadaptée. A l’origine, c’était moi, l’inadaptée », explique Brigitte Fontaine en souriant. « C’était super, mais l’entourage de Bertrand Cantat — et Bertrand lui-même — a estimé que la chanson était trop violente. Finalement, je l’ai enregistrée avec Arno. » Ne pas mettre d’huile sur le feu, s’astreindre à la discrétion… Là encore, c’est mission impossible.

Les réalisateurs de Mammuth, Benoît Delépine et Gustave Kervern, sortiront bientôt leur prochain film intitulé Le Grand Soir, dont Brigitte Fontaine signe la musique.

Finalement, Cantat a accepté que la fameuse chanson, Inadaptée, qu’ils ont chantée ensemble, figure au générique. « Je n’aime pas les gens / Dont la gorge est tranchée / Et les yeux arrachés / Ni les femmes qu’on jette / A la mer dans un sac / Avec un chat vivant / Je suis contre tous ceux / Qui descendent au tombeau. »

« Depuis la mort de Bashung, c’est le plus grand chanteur français », dit Brigitte Fontaine.

Le come-back de Bertrand Cantat ? Un sujet dont on n’a sans doute pas fini d’entendre parler…

Partager

Publier sur twitter

Pages liées sur le site

BalzacSonic YouthAlain BashungSerge GainsbourgLewis CarrollDe l'autre côté du miroirCharles BaudelaireArthur RimbaudLa Machine infernaleKékéland

Ailleurs sur Internet

© 2018 Anthony Zec | Tous droits réservés | A propos | Contact