La Symphonie pastorale

Une balade littéraire avec la chanteuse Brigitte Fontaine

Je suis habitée par le paradoxe.

Brigitte

Brigitte

Brigitte Fontaine nous livre ici un bref autoportrait, hymne pour toutes les Brigitte de France, avec cette chanson qui date de 1972, et que vous pouvez écouter un peu plus bas dans cette page.

Rien n’est ni tout blanc ni tout noir

Figure étonnante d’une femme à la fois discrète (elle se cache) et excentrique (elle chante sur les toits) : en quelques vers, la chanteuse nous livre son paradoxe. A la fois émancipée à outrance, et timide, sauvage, secrète…

Figure de la parisienne oisive, à l’existence anonyme, qui passe son temps au fond des cafés…

Brigitte et Brigitte

Cette chanson pose mine de rien la question du pourquoi de nos agissements : qu’est-ce qui s’agite dans les tréfonds de notre personnalité ? Quel mystère portons-nous ?

Nous nous trouvons là bien loin de l’image caricaturale que les médias renvoient de la chanteuse. Caricature dont elle est responsable, elle le sait bien. Alors, comment allier vie privée et vie publique ? désir de se cacher et de se montrer ? Comment être à la fois Brigitte, la personne humaine, et Brigitte Fontaine, la célébrité ? Comment concilier les deux sans se trahir ?

Cette question se pose pour tout le monde : nous sommes tous confrontés à cet enjeu du moi intérieur et du moi social. Une chanson plus profonde qu’il n’y paraît donc, mais qui l’est l’air de rien, et qui évoque ces questions sans théoriser, avec poésie.

Voilà ce que la chanteuse confiait à Télérama à la sortie de Prohibition :

Non seulement je suis habitée par la peur, mais par le paradoxe. L’attirance pour les contraires. Et l’envie de les unir. J’ai appris, il y a seulement deux ans, que c’était aussi le propos des écrivains baroques. Ça m’a beaucoup étonnée. Ils ont un mot pour cela : oxymore. Voilà pourquoi, dans ce disque, j’ai employé l’expression « l’oxymore domestiqué »…

Vous-même, vous êtes un paradoxe ?

Oui.

Et vous cherchez à vous réconcilier ?

Oui.

Ecoutez la chanson :

Le texte :

Brigitte, toujours au fond des cafés
Comme au fond d’un bois
Tu ne veux pas qu’on te voit
Pourquoi ?

Brigitte, toujours tu t’en vas chanter
Crier sur les toits
Et tout le monde te voit
Pourquoi ?

Brigitte, toujours au fond des cafés
Comme au fond d’un bois

Partager

Publier sur twitter

Pages liées sur le site

PoésieBrigitte FontaineFolieProhibitionEcriture

Ailleurs sur Internet

© 2018 Anthony Zec | Tous droits réservés | A propos | Contact