La Symphonie pastorale

Une balade littéraire avec la chanteuse Brigitte Fontaine

J’aspire aux matins en enfance où se calment les Possédés ;
Les matins transparents qui dansent, balayés d’un vent d’Odyssée.


L’Odyssée

L’Odyssée d’Homère, épopée grecque en vers et en vingt-quatre chants, est l’un des textes fondateurs de la civilisation européenne (admettez que vous apprenez grâce à ce site tout un tas de choses que vous ignoriez auparavant).

Je rappelle pour les cancres installés près du radiateur au fond de la classe que l’Odyssée conte le retour d’Ulysse à Ithaque, aux côtés de sa chère Pénélope et de leur fils Télémaque, après la guerre de Troie. Et comme chacun sait, il lui arriva tout un tas de merdes sur le chemin : du coup il mit dix ans pour rentrer.

Un texte emblématique

Ceux qui l’ont lue l’auront certainement fait dans la traduction de Leconte de Lisle. Ce poète parnassien qui fréquenta Baudelaire, Rimbaud et Hugo, en tira un beau texte qui fait encore autorité aujourd’hui.

Les mauvais élèves qui ne l’auront pas lue en connaissent forcément les épisodes les plus importants, comme ceux du Cyclope ou des Sirènes. Il faudrait en effet avoir toujours vécu dans une cave à l’écart de l’humanité pour n’en avoir jamais entendu parler.

L’Odyssée donna lieu à de nombreuses réécritures et adaptations, quelquefois très éloignées du modèle, comme le roman Ulysse de James Joyce ou, dans un autre genre, la série animée Ulysse 31.

Enfin, une odyssée est aujourd’hui un nom commun, qui désigne un voyage plein de mésaventures… (Vous en apprenez des choses, pas vrai ?)

L’Odyssée dans la Symphonie pastorale

Dans sa chanson, Brigitte fait ainsi référence à ce long poème épique :

J’aspire aux matins en enfance
Où se calment
les Possédés
Les matins transparents qui dansent
Balayés d’un vent d’
Odyssée

L’Odyssée évoque en effet à la fois le voyage, la poésie, l’amour pour un être qui manque et la nostalgie du pays natal. Cette histoire ne manque pas de souffle, et c’est avec elle toute la Grèce antique qui ressurgit. De Dostoïevski à Homère, Brigitte sait choisir les références qui marquent !

Un esprit d’Odyssée

A propos d’Ulysse et de nostalgie du pays natal, qui ne connaît pas ce très beau texte de Du Bellay ? C’est l’un de mes poèmes préférés et il me prend l’envie soudaine et viscérale de vous le faire partager !

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

Le chanteur Ridan l’a mis en chanson :

Et puisque nous en sommes aux vidéos, c’est l’occasion de revoir le générique d’Ulysse 31, série animée adaptée librement des aventures du héros de Troie, transposées dans l’espace au XXXIe siècle :

Et pour finir, si vous êtes un fan de mythologie grecque, allez voir ce que dit Brigitte des mythes d’Œdipe et d’Orphée

Partager

Publier sur twitter

Pages liées sur le site

HomèrePoésieCharles BaudelaireArthur RimbaudVictor HugoLes PossédésDostoïevskiLa Machine infernaleOrphée

Ailleurs sur Internet

© 2018 Anthony Zec | Tous droits réservés | A propos | Contact